A 18 ans, ma tête a opté pour les études d’ingénieur, alors que la petite voix de mon cœur voulait m’envoyer vers l’apprentissage de la cuisine et de la pâtisserie. J’ai fait taire la petite voix. Mais après 6 ans d’études, et une dizaine d’années d’activité dans le journalisme et la communication scientifiques, la petite voix s’est manifestée à nouveau. Pour me dire que c’était le moment de passer à l’action.

Moultes projets de création d’entreprise occupaient alors mon esprit : création d’une gamme d’emballages réutilisables pour le transport du pain et des fruits et légumes, ouverture d’une recyclerie, ouverture d’un restaurant-salon de thé. Au final, je me suis fait la main en cuisine dans un petit restaurant-librairie de produits biologiques. Contrariée de ne pouvoir pâtisser suffisamment dans cet univers, je me suis offerte une formation accélérée en pâtisserie dans l’objectif de créer une gamme de pâtisseries biologiques à commercialiser en circuits courts. Fraîchement diplômée en pâtisserie (juste un CAP, n’exagérons rien), il était temps de passer aux choses sérieuses. En commençant par créer ma gamme de pâtisseries, en assurer la production et la commercialisation.

Mais les produire où ? Allais-je investir des milliers d’euros dans un laboratoire professionnel et signer un bail pour au moins trois ans sans savoir si mes produits allaient se vendre ? Trop risqué, je préférais louer à temps partiel un laboratoire existant pour faire mes essais et me lancer à moindre frais. L’offre pour ce type de service était faible, malgré une demande soutenue.

Ainsi est né KITCHEN ON DEMAND

losange-kod2-96px

la première cuisine partagée au Sud de Paris.

Une structure qui répond à un réel besoin et me permettra par ailleurs de lancer ma production de pâtisseries.